Des sous-produits aux produits à valeur ajoutée

Les pays développés génèrent chaque année des millions de tonnes de sous-produits tels que la réforme de la pomme de terre, la paille d’orge, les coques, etc. Ces produits contiennent des composants de valeur (la cellulose, l’amidon, les sucres etc) qui peuvent être utilisés comme stabiliseurs, bioéthanol ; édulcorants… Grâce aux procédés de fluide sous pression, il est possible d'extraire et de conserver les composants précieux. Par exemple, en utilisant la technologie de l'eau sous-critique, les laboratoires ont hydrolysé des pailles pour générer de la nanocellulose et du phénol. Les études du Département des sciences de l'alimentation et de la nutrition de l'université de l'Alberta, Canada, ont montré que, dans des conditions optimales, la récupération des sucres hémicellulosiques dans l'extrait dépassait 72% et que l'activité antioxydante des extraits obtenus était liée au contenu phénolique total. Selon le scientifique Marleny Saldana, les films bioactifs prolongent la durée de conservation du jambon à 25 jours (au lieu de 7 jours). Par conséquent, les processus Sub et supercritiques sont des technologies appropriées. Elles permettent de donner de la valeur aux « déchets » végétaux.